mobilisation des assistantes maternelles - gilets roses

Gilets roses : une mobilisation peu massive, mais visible

Elles étaient 1230 dans 29 villes selon FGTA-FO : des regroupements par endroits en très petit nombre mais toujours très visibles dans la rue et sur les réseaux sociaux. A Marseille, Brest, Bordeaux, Carcassonne ou encore Aurillac les manifestantes ont enfilé leur gilet rose pour scander un message : « Assmats en colère ».

« En Gironde nous étions une soixantaine sur 11000 assistantes maternelles, ce n’est pas beaucoup, mais certaines professionnelles n’ont jamais eu recours au cumul-emploi chômage, d’autres ne vont pas sur les réseaux sociaux et ne sont pas forcément au courant de la réforme et de la mobilisation » relativise Isabelle Moizan, assistante maternelle à Toulenne.

Avec quatre autres assistantes maternelles, elle est à l’origine de la page Facebook « Assistants maternels en colère Gilets Roses ». Véronique Delaitre, référente nationale de FGTA-FO, qui a appelé à la mobilisation avec la CGT, s’est déclarée satisfaite. « Les assistantes maternelles défendent leurs droits, il faut continuer » insiste-t-elle.

Un retour de la mobilisation dans chaque département va être effectué par les collectifs et les syndicats, avant d’envisager la suite à donner au mouvement. Elle dépendra des réactions politiques et des négociations en cours par les partenaires sociaux.