Vous êtes ici

Assistants familiaux : les annonces d’Adrien Taquet

Journée d'étude UFNAFAAM
Publié le 03/02/2020
Laetitia Delhon
Journaliste spécialisée dans le travail social et médico-social, la petite enfance et le handicap
Les négociations sur le statut et les conditions d’exercice des assistants familiaux s’ouvriront le 27 février sur quatre thématiques avec les acteurs associatifs, les départements et les syndicats.

Adrien Taquet, qui présente aujourd’hui les 30 départements avec lesquels l’État va « contractualiser » sur la stratégie de la protection de l’enfance, a fait d’autres annonces samedi lors de la journée d’études organisée à Paris par l’UFNAFAAM pour les assistants familiaux. Sur le thème : « Assistant familial : une profession en voie de disparition ? », le secrétaire d’État s’est exprimé en annonçant l’ouverture des négociations prévues dans le cadre de sa stratégie le 27 février prochain.

 

Quatre thèmes de négociations

Ces négociations seront lancées avec les acteurs associatifs, les départements et les syndicats et porteront sur quatre grands thèmes :

Les conditions d’emploi afin de « refonder l’articulation entre agrément, formation et recrutement, de faciliter les passerelles vers d’autres professions ».

Le soutien professionnel, pour « une intégration plaine et entière au sein des équipes éducatives, la coordination et la valorisation du relais, la permanence téléphonique et les équipes mobiles ». Selon Adrien Taquet « il n’est plus possible qu’en tant qu’assistants familiaux, vous ne soyez pas complètement associés à l’élaboration et au suivi du projet pour l’enfant accueilli ou que votre place ne soit pas davantage légitimée vis-à-vis par exemple de l’éducation nationale lorsquil s’agit du suivi scolaire de l’enfant ».

Les conditions matérielles d’exercice : la rémunération, l’indemnisation et les « avantages annexes ».

Les garanties d’exercice du métier : les congés, les accueils relais, l’indemnisation du chômage partiel et le cumul emploi-retraite.

 

Des améliorations attendues

« La venue d’Adrien Taquet à cette journée participe à la reconnaissance de la profession et ses annonces concernant les améliorations liées au droit au repos et sur l’aspect statutaire sont des demandes importantes des professionnels » souligne Sandra Onyzsko, porte-parole de l’UFNAFAAM.

Cette journée a ensuite été l’occasion de faire le point les questions liées à la responsabilité de l’assistant familial, les préconisations du Conseil national de la protection de l’enfance (CNPE) avec l’ancienne vice-présidente Michèle Créoff, et l’intégration dans les équipes.

 

Mieux prévenir les ruptures

Un point particulièrement sensible a enfin été abordé lors d’une table-ronde : les ruptures de placement. Des témoignages très douloureux remontés par des assistants familiaux ont été présentés, avec des ruptures dont les répercussions ont très difficiles pour la vie des enfants accueillis et celles des professionnels. Mieux prévenir ces ruptures, un sujet sur la table depuis de nombreuses années, figure aussi dans la Stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance 2020-2022.