Vous êtes ici

Isabelle Wackenier
Journaliste spécialisée petite enfance

Moucher un bébé

Jjustas - Shutterstock.com
Publié le 01/12/2016
Isabelle Wackenier
Journaliste spécialisée petite enfance
Avec l’hiver, voici le retour de la saison des infections hivernales et donc des rhumes. La rhinopharyngite est la pathologie infectieuse la plus fréquente chez l’enfant. L’assistante maternelle est amenée à moucher le bébé, qui n’est pas en capacité de le faire seul. Ce soin, s’il n’est pas agréable pour le tout-petit, est simple et efficace (1).

Rhume, rhinite, bronchiolite, angine… Les infections hivernales sont le principal motif de consultation chez les pédiatres et les médecins généralistes. En 2009, 18,6 millions d’enfants de moins de trois ans ont consulté un médecin pour des pathologies hivernales de la sphère ORL, avec une moyenne de 1,65 consultation par enfant en France (2).

Qu'est-ce qu'un rhume ?

La rhinopharyngite – appelée couramment « rhume » – est une infection contagieuse. Entre six mois et six ans, chaque enfant présente en moyenne quatre à cinq épisodes de rhinopharyngite par an, surtout en automne et en hiver.
C’est une infection d’origine virale de la muqueuse qui tapisse l’intérieur du nez (cavité nasale) et le pharynx (situé à l’arrière des fosses nasales).
La muqueuse du nez sécrète en petite quantité un liquide dont le rôle est d’humidifier en permanence l’air inspiré et de lutter contre les agents infectieux.
Lorsqu’elle est contaminée par un virus, elle gonfle, s’irrite et produit en grande quantité ces sécrétions : le nez « coule » ou « est bouché ».
La muqueuse pharyngée est également le siège d’une inflammation associant rougeur, œdème et douleur.

Comment procéder au soin ?

Préparer le matériel nécessaire :

  • une table et un matelas à langer ;
  • une serviette de toilette propre ;
  • du coton ;
  • du sérum physiologique en dosette ;
  • un plateau propre ;
  • du savon doux ;
  • un point d’eau ;
  • un désinfectant de surface ;
  • une lingette ;
  • une poubelle.

L’enfant risque de se débattre, de secouer la tête, de pleurer… Il est important de :

  • veiller à toujours garder une main sur lui pour éviter qu’il chute de la table à langer ;
  • lui parler, lui expliquer ce que vous allez faire, le rassurer ;
  • réaliser le soin rapidement.

Dans un premier temps :

  • désinfecter la table à langer ;
  • se laver les mains ;
  • préparer de fines fusettes de coton ;
  • installer la serviette de toilette sur le matelas à langer.

Dans un second temps :

  • installer l’enfant en position allongée ou assise ;
  • maintenir la tête de l’enfant tournée sur un côté ;
  • instiller quelques gouttes de sérum physiologique dans la narine supérieure (3).
    • Si l’enfant peut déglutir, le laisser faire. Sinon, essuyer doucement le nez sans attendre avec des fusettes sèches.
    • Laisser l’enfant reprendre son souffle. Le maintenir en position assise quelques instants, puis procéder de la même manière pour l’autre narine.
    • Renouveler l’opération dans chaque narine si l’enfant est toujours encombré ou gêné pour respirer.

Après le soin :

  • installer l’enfant en sécurité ;
  • nettoyer la table à langer ;
  • se laver les mains ;
  • noter le soin réalisé ; l’aspect et la couleur des sécrétions dans le cahier de l’enfant.

Quand faut-il consulter ?

Il faut consulter un médecin :

  • en cas de fièvre élevée (40 °C et plus) ;
  • si la température de l’enfant dépasse 38,5 °C et dure plus de trois jours ;
  • si l’enfant somnole, présente une gêne respiratoire, des maux de tête violents, des vomissements, des pleurs inexpliqués ou des tâches violacées sur la peau, même en l’absence de fièvre ;
  • si les symptômes ne s’améliorent pas après dix jours ;
  • si l’enfant ressent des douleurs au niveau d’une oreille, ou si vous constatez que son oreille a coulé ;
  • s’il présente une conjonctivite purulente ou un gonflement des paupières ;
  • s’il a des diarrhées importantes ou des vomissements qui peuvent entraîner sa déshydratation.

Si vous êtes enrhumée

Les virus se retrouvent dans la salive, le mucus nasal, sur les mains et les objets touchés. Adopter de simples règles d’hygiène :

  • se laver les mains fréquemment ;
  • limiter les contacts directs avec d’autres personnes ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique, à jeter après chaque utilisation.

Vous pouvez protéger l’enfant de la contamination en portant un masque.

Notes

(1)Sources : Isabelle Petit, Les soins de l’enfant du nouveau-né à l’enfant de 6 ans, prévention, hygiène et premiers secours, La bibliothèque de l’assistante maternelle, Vuibert-L’assmat, novembre 2011 ; www.ameli.fr
(2) InVS, Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 1, 6 janvier 2009.
(3) Un jet brutal de sérum physiologique pourrait provoquer des lésions de la muqueuse nasale ou des fausses routes.

Notez-bien !
► Les médicaments vasoconstricteurs d’usage local sont contre-indiqués avant l’âge de quinze ans.
► Ne pas utiliser de mouche-bébé qui peut irriter l’intérieur du nez de l’enfant.
► Éviter d’utiliser un climatiseur qui déshumidifie l’air et assèche les muqueuses nasales.
► L’enfant tousse lorsque sa gorge est irritée et douloureuse. La toux lui permet d’expulser les sécrétions et de dégager ses voies respiratoires pour mieux respirer.