Vous êtes ici

Catherine Piraud-Rouet
Journaliste spécialisée en puériculture et éducation

Même confinés, faites bouger les enfants !

babyGym assistante maternelle
Publié le 17/04/2020
Catherine Piraud-Rouet
Journaliste spécialisée en puériculture et éducation
Le maintien d’une activité physique minimale est primordial pour les enfants accueillis. Nos pistes pour les faire bouger tout en s’amusant, avec Cathy Goury-Charvet, animatrice baby-gym à la Fédération française de gymnastique.

 

Être confinés entre ses quatre murs avec les enfants accueillis ne doit pas rimer avec sédentarité absolue. On peut leur faire faire du sport, même à la maison.
 

L’activité physique, vitale pour les jeunes enfants

Pour les petits, le mouvement est essentiel : c’est en jouant, en bougeant, qu’ils se construisent. Plus largement, bouger, c'est d'abord un dérivatif pour l'esprit, puis le sésame pour que le corps conserve sa tonicité et régule des fonctions essentielles : sommeil, système immunitaire ou cognitif, digestion... Dans un avis publié le 1er avril 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) recommande au moins trois heures par jour d’activité physique pour les enfants de moins de 6 ans, soit 15 minutes par heure pour 12 heures d’éveil. De son côté, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prône « une pratique minimale d'activités physiques d'une heure par jour pour les enfants et les adolescents ».

Voici les conseils de Cathy Goury-Charvet, animatrice baby-gym à la Fédération française de gymnastique, pour les aider à se dépenser, dans un espace restreint et en toute sécurité.
 

Préparation préalable

Dégager la pièce, en s’assurant qu’il y ait un minimum d’espace pour que les enfants puissent s’exprimer correctement et en toute sécurité. Eloigner le plus possible meubles, tables basses, murs, poteaux… Prévoir des objets du quotidien en accessoires : doudou, livres, coussin, couvertures… Si l’on n’a pas de tapis de sol, une couette ou deux feront très bien l’affaire. Mettre les enfants en short et tee-shirt, pieds nus. S’équiper soi-même d’une tenue assez sportive, car les enfants agissent en miroir.
 

Pour les 15-36 mois

Dans cette tranche d’âge, les interactions avec le référent affectif (l’assistante maternelle) sont primordiales, car le tout-petit a besoin d’être mis en confiance. Proposer les situations à l’enfant et le solliciter, puis le laisser agir. Participer à l’activité et l’encourager, tout en veillant à sa sécurité. On peut mettre en place des temps de grande motricité globale (sauter, rouler, grimper, courir…), mais aussi de motricité fine : jouer avec un ballon de baudruche, des balles de cirque, des plumes…

► En intérieur : on peut proposer un circuit (en disposant des chaises, des bouteilles, des doudous, autour desquels l’enfant va évoluer, en marchant, en courant, à quatre pattes ou en rampant, ou par-dessus lesquels il doit sauter…) ou encore une course à quatre pattes. L’assistante maternelle peut elle-même se mettre à quatre pattes et l’enfant passer dessus ou dessous. On peut se tenir par les mains et sauter, ou se livrer à des jeux d’équilibre.
Côté motricité fine, on peut faire des petits jeux, par exemple en prenant un doudou et en lui demandant de se le mettre sur la tête, sur le ventre, sur le nez…Cela cultive sa connaissance du schéma corporel. Variante : faire rouler une balle sur le corps et nommer les zones concernées. Les jeux de déplacement, à la manière de tel ou tel animal (araignée, chat kangourou, flamant rose…) sont très amusants pour les petits.

► En extérieur : si on a la chance de disposer d’un jardin ou d’une terrasse, on peut installer des chaises d’un côté et de l’autre, l’enfant devant courir pour aller taper sur la chaise opposée. Une fois en avant, une fois sur le côté… On peut jouer à lancer un ballon ou une peluche dans un carton. Eviter le trampoline, souvent dangereux : ce n’est pas le moment d’encombrer les urgences ! Si l’on a un portique avec des anneaux, suspendre les enfants en les mettant en sécurité et leur demander d’essayer de lever les pieds.
 

De trois à six ans

Après trois ans, l’enfant peut être dans une activité réellement gymnique. Il est également capable de jeux de coopération, avec l’adulte ou avec ses semblables.

► En intérieur : mettre les mains au sol et les pieds sur un canapé et se déplacer en crabe, tout le long du canapé. Même chose en appui dorsal, pieds sur le canapé, ventre en direction du plafond. On peut aussi pratiquer le jeu de la marelle, visualisée au sol avec un tapis mousse : se tenir seul sur un pied en comptant jusqu’à trois, puis changer de pied. On peut s’aider d’une musique, par exemple l’enfant marche et stoppe quand la mélodie s’arrête. On peut aussi lui suggérer de se figer en une statue mimant une émotion (triste, joyeuse, surprise…). Ou encore, travailler la notion de rythme (je marche, je trotte, je galope comme un cheval).

► En extérieur : organiser des jeux à deux ou à trois, être le plus rapide à placer des objets dans une caisse par exemple. Les faire interagir, avec des jeux de balle ou de ballon. Sur un portique, une fois les jambes levées, essayer de se retourner et de revenir. A partir de quatre-six ans, passer ses deux jambes entre ses bras et revenir. Vous trouverez ces activités, ainsi que de nombreuses autres, en tutos vidéo sur le site de la FFG.
 

En fin de séance…

Prévoir un petit temps de retour au calme, avec les enfants assis ou couchés, éventuellement sur fond de musique douce. Dix minutes suffisent par séquence d’activité dynamique, entrecoupée de cinq minutes d’activité plus calme (par exemple, faire rouler et attraper un ballon). Et une vingtaine en tout, une ou deux fois dans la semaine, est suffisant. Prendre quelques photos ou vidéos souvenir, à destination des parents, sera apprécié.