Vous êtes ici

Anne-Sophie Casal
Psychologue - Centre national de formation aux métiers du jeu et du jouet FM2J)

Jouer confiné : quelques astuces pour limiter la propagation du virus

jeux eau assistante maternelle
Publié le 21/05/2020
Anne-Sophie Casal
Psychologue - Centre national de formation aux métiers du jeu et du jouet FM2J)
Les professionnelles de la petite enfance auxquelles appartiennent les assistantes maternelles sont actuellement confrontées à un défi de taille : accueillir des enfants de différentes familles à l’heure ou l’on demande à chacun de respecter la distanciation sociale et les gestes barrières.

 

Si le respect de la distanciation sociale et des gestes barrières n'est pas simple pour les adultes, ces préconisations sont extrêmement complexes pour les jeunes enfants. En effet, la plupart des recommandations ne peuvent faire sens pour les cerveaux encore immatures des jeunes enfants. Pour autant, il convient de continuer à œuvrer en faveur du développement et de l’épanouissement harmonieux de chaque enfant. Pour relever ce challenge, il convient de trouver quelques astuces pour limiter la propagation du virus… tout en donnant à jouer.

  1. Limiter les jouets qui sont à disposition des enfants : sélectionner les jouets qui sont proposés et ranger tous les autres. Les enfants ne doivent pas y avoir accès, ni les voir.
     
  2. Offrir des repères et rituels : dans la mesure du possible, il s’agit de permettre aux enfants de retrouver les mêmes jouets tout au long de la journée et d’un jour sur l’autre et même d’une semaine sur l’autre. Il s’agit donc d’organiser le nettoyage des objets en ce sens. Aussi, pour les enfants qui sont « de retour » après plusieurs semaines de confinement, veillez à une reprise en douceur, avec un temps de familiarisation (autrement appelé « adaptation ») comme pour n’importe quelle rentrée, et surtout proposez des jouets connus des enfants. Ils seront ravis de les retrouver (il en est de même pour les comptines, histoires, etc.).
     
  3. Rendre ludique les routines « sanitaires » : Dans un principe de précaution, on évite d’utiliser les gels hydroalcooliques avec les jeunes enfants. En effet, les petits ont tendance à tout porter à la bouche, et il persiste encore de nombreux doutes quant à la toxicité de la plupart des gels hydroalcooliques s’ils sont ingérés. Pour le lavage des mains, on privilégie donc l’eau et le savon, et cela peut devenir un moment ludique. Le lavage des mains peut se faire en chanson ou être guidé par une histoire : chaque geste s’accompagne d’une image ou du nom de la partie du corps et/ou d’un comptage (compter ensemble permet de maitriser la durée du temps de lavage). Vous pouvez reprendre un air que les enfants et vous-même appréciez, ou vous inspirez de ce que les internautes partagent sur la toile. Par exemple, sur l’air de « Savez-vous planter les choux », on reprend les différentes étapes du lavage de main. Cela donne : « Savez vous laver les mains, à la mode, à la mode, savez vous lavez les mains, à la mode de chez nous. On commence par les mouiller… Puis on frotte avec du savon …. On frotte bien entre les doigts… On n’oublie pas le bout des doigts… On frotte aussi le dessus des mains… ». Le rythme de la chanson permet de changer de main facilement. Ici, pas besoin de comptage, la ritournelle « à la mode, à la mode » permet de calibrer le temps.
    Même sans chanson, le lavage des mains est une occasion de jouer avec l’eau et la mousse. Quelques accessoires bien choisis (contenants de différentes tailles, personnages flottants, gicleurs, mini passoire, moulins à eau…) et le lavage des mains devient une fête, et une opportunité de jouer à plusieurs.
    Le lavage des jouets peut également se faire avec la contribution des enfants.
     
  4. Proposer des jouets en plusieurs exemplaires pour les enfants avec un niveau de développement similaire : parce que le jeu en parallèle est très important pour les jeunes joueurs. On a envie de faire comme l’autre, de l’imiter. Ce jeu participe au développement de la conscience de soi et de l’autre, et donc à la socialisation. Environ la moitié des chamailleries autour des jouets ont pour origine une imitation ratée. Avec des objets en plusieurs exemplaires, ont réduit donc le nombre de conflits. Mais il faudra rester vigilant, car parfois, c’est l’objet animé par l’autre que l’enfant veut. Dans la mesure du possible, trier les jouets par couleur et attribuer une couleur par enfant : la dinette jaune pour Basile, la rouge pour Apolline … Idem pour les porteurs, les jouets de manipulation…
     
  5. Préparer une sélection de jouets par enfant en amont : en reprenant le code couleur, constituer une malle, un grand sac, une caisse ou autre contenant sécurisé dans lequel l’enfant aura loisir à venir fouiller, se servir et bien plus encore (vider, remplir, monter dedans, dessus…).
     
  6. Identifier des zones de jeu par enfant : disposer des tapis (ou autre moyen de délimiter l’espace au sol, comme une couverture par exemple) de sorte à ce que les enfants puissent se voir jouer, tout en ayant un espace spécifique qui leur est attribué. Espacer les tapis d’au moins 1 mètre. Sur chaque tapis, on retrouve une diversité ludique. On peut optimiser les coins avec des propositions et laisser l’espace central vide pour qu’il soit investi par l’enfant :
    • dans un coin, on place la caisse de jouets attribuée à l’enfant : cette caisse contient des accessoires qui permettront d’enrichir les espaces proposés
    • dans un autre coin, on installe un espace symbolique avec par exemple le couvert dressé sur une petite caisse retournée à laquelle est attablé un poupon et quelques accessoires pour compléter l’espace. Autre possibilité : un garage (ou une boite en plastique maquillée comme telle) et ses véhicules. Dans tous les cas, quand un espace est proposé (dinette ou garage), l’autre est accessible dans la caisse.
    • de l’autre côté du tapis, quelques cubes gigognes empilés
    • et dans le coin le plus éloigné des zones de passage, on propose un espace cocooning avec quelques coussins (avec taies) quelques livres et des petits jouets sensoriels et de manipulation. Idéalement l’assistante maternelle se positionne au plus près de cet espace, surtout pour les plus jeunes enfants. Chaque enfant pourra par exemple profiter d’un temps chanson ou histoire en étant confortablement installés sur son espace.
    La diversité ludique est très importante, surtout en cette période de crise sanitaire qui contient son lot d’angoisse et de questionnements. Les enfants ont plus que jamais besoin de s’exprimer, mais les mots et les compétences langagières leur manquent. Certains auront besoin de soigner leur poupon ou de le gronder car il n’a pas toussé dans son coude, d’autres de faire rouler un véhicule d’urgence en imitant le son (souvent assourdissant) de la sirène, d’autres de faire tomber une tour de cube pour se rassurer du fait qu’ils sont forts et ont du pouvoir sur leur environnement.
     
  7. Organiser le lavage : définir une caisse « lavage » : elle n’est pas accessible pour les enfants mais à portée de votre main. Les premières préconisations officielles qui recommandaient qu’il n’y ait aucun partage de jouet, et qu’il fallait donc nettoyer un jouet quand il est touché par un autre enfant ont été assouplies. Le guide ministériel stipule : « Pour les jouets pouvant être portés à la bouche, privilégier des objets en plastique et en tissu pouvant être lavés soit en machine à 60°, soit avec un produit désinfectant (utiliser les produits compatibles avec les surfaces alimentaires) puis bien rincés à l’eau claire suivant les consignes du fabricant. Lorsque cela est possible, il est recommandé de disposer plusieurs lots de jouets successivement mis à la disposition des enfants durant la journée et tous lavés le soir venu. »[1]
     
  8. Sortir dehors : si vous en avez la possibilité, proposez régulièrement des temps de jeu à l’extérieur avec les enfants. Il s’agit en effet de prendre l’air, de changer d’environnement et de satisfaire le besoin de bouger des jeunes enfants. L’idéal étant de sortir dans un jardin privatif afin de mettre en place les mesures sanitaires de rigueur (lavage des matériels de jeu une fois par jour). Pour ceux qui n’ont pas d’espace extérieur privé, les sorties sont autorisées « dans le respect des consignes Vigipirate, si le taux d’encadrement le permet et uniquement dans des espaces peu fréquentés et permettant la distanciation sociale vis-à-vis des autres utilisateurs de cet espace et dans tous les cas sans permettre de contact avec d’autres enfants ou adultes1». Pensez à prendre quelques supports de jeu avec vous (un tapis d’éveil d’extérieur et/ou une bâche de protection pour le sol, plusieurs balles, seaux et pelles aux couleurs des enfants, des véhicules types petite voiture ou camion de chantier dédiés pour l’extérieur, le nécessaire pour faire des bulles, etc.). Idéalement, tous les moteurs ludiques devraient être disponibles : bouger, faire semblant, imaginer des histoires, manipuler, explorer avec ses sens, construire et déconstruire, etc.). Aussi prévoyez des jeux que vous pourrez proposer ponctuellement (comme par exemple : tracer des circuits à la craie ou dans la terre à l’aide d’un bâton : le circuit sera à suivre en sautant, en marchant, en courant, etc. ; demander aux enfants d’aller chercher des choses comme des feuilles d’arbre ou des petits bâtons ; des idées pour faire des mimes, des grimaces, etc.). Sortir, c’est aussi l’occasion d’organiser une séance de gymnastique ludique, alors préparez vos chorégraphies et votre musique !

En guise de conclusion :

Une vision plus réaliste de l’accueil du jeune enfant témoigne de la difficulté à isoler les enfants les uns des autres. Au-delà du fait que cela s’avère difficile à faire respecter auprès d’enfants si jeunes, il s’agit également de prendre en considération la mission éducative des assistantes maternelles. L’éveil et les apprentissages se font en effet dans la relation à l’autre et à son environnement matériel. Les propositions en lien avec le jeu décrites ci-dessus peuvent être mise en place quand cela est possible, mais ne doivent pas générer de stress pour l’assistante maternelle qui sera déjà soumise par un protocole de désinfection drastique sur d’autres activités (repas, sieste, change, etc.). Gardons à l’esprit que le bien être (de chaque enfant mais aussi de la professionnelle) est tout autant important. Veillons alors à assurer une présence stable, rassurante et bienveillante, à offrir des temps de jeu de qualité à travers une diversité ludique toujours disponible et à laver les jouets 1 ou deux fois par jour minimum !

 

 

[1] Guide ministériel COVID-19 - Modes d’accueil du jeune enfant.