Vade-mecum sur l’attribution des places en crèche

Le rapport Laithier s’intéresse aussi aux assistantes maternelles

L’accueil collectif « n’est qu’une composante de l’accueil du jeune enfant en France » rappelle d’emblée ce vade-mecum, qui n’a pas de vocation contraignante mais vise à soutenir les décisions publiques en matière d’accueil du jeune enfant. Au-delà du sujet, l’attribution des places en crèche, il cherche « à valoriser les liens qui peuvent être faits avec les autres formes d’accueil collectif ou avec l’accueil individuel, afin d’apporter une réponse à l’ensemble des familles en quête d’une solution d’accueil pour leur enfant ».

L’information aux familles constitue l’un des enjeux principaux de cette politique : le rapport encourage la tenue de réunions d’information collectives pour présenter l’ensemble de l’offre d’accueil disponible sur un territoire - établissements d’accueil collectifs gérés en régie ou par les organismes privés à but lucratif ou non lucratif, offre d’accueil individuel. «  Au-delà de la volonté de maintenir en emploi les assistants maternels du territoire, la présentation de l’ensemble des modes d’accueil permet aux parents d’avoir à l’esprit les avantages et inconvénients de chacun d’entre eux, ceci dans l’optique de rééquilibrer la demande entre accueil collectif et accueil individuel » relève-t-il. Des entretiens individuels avec des familles sont également préconisés pour trouver la solution d’accueil la plus adaptée à leurs souhaits et besoins.

Lorsque les parents souhaitant une place en crèche ne l’ont pas obtenue, le document préconise de « consolider les passerelles entre l’accueil collectif et l’accueil individuel », ainsi que d’autres formes d’accueil pour des besoins atypiques. Il relève que les assistantes maternelles sur de nombreux territoires peinent à trouver du travail, et que « la réorientation vers l’accueil individuel peut permettre à certaines familles de trouver une solution d’accueil intéressante ». Des listings établis par les services de Protection maternelle et infantile (PMI) peuvent faciliter cette réorientation, mais « ils ne sont pas systématiquement mis à jour » et « ne spécifient pas le type de places » dont dispose les assistantes maternelles.

L’orientation des familles en quête de mode d’accueil vers les Relais d’assistantes maternelles (RAM) est préconisé, leur adresse pouvant être indiquée dans les courriers envoyés aux parents n’ayant pas obtenu de places en crèche.

Le rapport insiste enfin sur la nécessité de réaliser des diagnostics des besoins d’accueil sur les territoires, ce que les schémas départementaux de services aux familles, généralisés depuis fin 2017 sont censés développer.

► Elizabeth Laithier, AMF, Vade-mecum, Attribution des places en crèche, novembre 2018