Jeune majeur

Jeunes majeurs : pour une meilleure formation des assistants familiaux

Les 21 préconisations du CESE visent à sortir les jeunes majeurs de « l’angle mort des politiques publiques » et à sécuriser leur parcours, en mettant fin notamment aux « sorties sèches » de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) à 18 ans.

Pour y parvenir, outre l’amélioration du pilotage national de la protection de l’enfance encore défaillant, le CESE recommande d’améliorer la connaissance statistique et la recherche. A ce sujet, il indique que la dernière enquête « Établissements et services » de la Direction de la recherche de l’évaluation et des statistiques (DREES), datant de 2013 et portant sur l’année 2008, exclut les assistants familiaux.

Si les nouveaux référentiels de formation initiale déployés à la rentrée 2018 « sont des éléments essentiels pour le positionnement des professionnels et professionnelles qui contribuent à leur capacité « à se remettre en question » », le CESE souhaite également renforcer le travail en réseau. Formations croisées entre professionnels de différents départements, travail collectif, échanges avec le milieu scolaire et professionnel : « de même, il conviendrait de développer les co-formations permettant la rencontre entre professionnelles et professionnels - travailleurs sociaux, assistants familiaux - et les personnes concernées » – enfants placés, parents, associations d’entraide des personnes accueillies en protection de l’enfance.

Le CESE préconise également de revoir les formations initiales et continues des assistants familiaux afin d’intégrer les nouvelles législations sur la protection de l’enfance. Avant une réingénierie du diplôme d’État et une revalorisation de la profession, le Conseil propose de réaliser « une étude d’ampleur » sur les assistants familiaux  concernant « leur profil sociodémographique, leur trajectoire et leur formation, leur recrutement, leur positionnement ou encore leurs conditions de travail ».

Enfin, concernant les jeunes porteurs de troubles psychiques et face aux difficultés rapportées sur ce sujet par de nombreux assistants familiaux, le CESE préconise d’augmenter le nombre de places en établissements spécialisés et de renforcer la formation des assistants familiaux sur le handicap. Des rencontres pluriannuelles avec des équipes pluridisciplinaires et un contrôle plus étroit de la capacité des professionnels à accueillir un jeune en situation de handicap sont recommandés.

Référence

Antoine Dulin, Prévenir les ruptures dans les parcours en protection de l’enfance, Avis, CESE, juin 2018