Accueil individuel et intérim : un dispositif inédit dans le Doubs

Accueil individuel et intérim : un dispositif inédit dans le Doubs

Ce nouveau service, unique en France, va être expérimenté pendant dix-huit mois dans le Doubs. Préparé depuis un an, il vise à faciliter l’accueil chez les assistantes maternelles d’enfants de parents intérimaires, qui rencontrent souvent des difficultés pour les confier pendant leurs missions. Le 23 juin 2018, une convention entre le FASTT, le Conseil départemental, la Caisse d’allocations familiales (CAF), Pôle emploi et sept Relais d’assistantes maternelles (RAM) proches de Montbéliard a été signée pour l’entériner.

« La convention prévoit que les dérogations pour l’accueil supplémentaire d’un enfant soient délivrées en amont de la demande d’accueil, après une visite des services de la Protection maternelle et infantile (PMI), ce qui permet de gagner du temps pour les parents intérimaires » décrit Aurélie Pajot, chef de projet innovation et développement au FASTT.

« Elle prévoit aussi la création d’un contrat de garantie signé avec le FASTT, visant à garantir le versement du salaire aux assistantes maternelles, qui peuvent être réticentes à accepter ce type d’accueil aujourd’hui pour cette raison » explique Catherine Andrieux, responsable du RAM de Valentigney.

Une liste des professionnelles disponibles pour ces accueils sera transmise au FASTT et tenue à jour par les RAM. « Ce sont eux qui seront au cœur du dispositif en assurant l’accueil des parents intérimaires, en allant chercher les assistantes maternelles disponibles et en les mettant en relation avec les parents » poursuit Aurélie Pajot. La CAF et Pôle emploi sont chargés de promouvoir ce service et d’assurer la communication.

Actuellement une trentaine d’assistantes maternelles ont manifesté leur intérêt pour ce dispositif qui pourrait également répondre à des problématiques de sous-activité. Déployé dans le Doubs où l’emploi intérimaire affiche un taux élevé, le FASTT envisage de l’étendre dans d’autres départements d’ici début 2019, en fonction des résultats de l’expérimentation.