Vous êtes ici

Protection de l’enfance : Charlotte Caubel dévoile ses premiers objectifs

Protection de l’enfance : Charlotte Caubel dévoile ses premiers objectifs
Publié le 21/06/2022
Laetitia Delhon
Journaliste spécialisée dans le travail social et médico-social, la petite enfance et le handicap
Lors des Assises de la protection de l’enfance vendredi, la secrétaire d’État chargée de l’enfance a déclaré vouloir lutter contre la « lassitude » des professionnels.

La feuille de route de Charlotte Caubel n’est pas encore fixée : il faut encore attendre la stabilisation du gouvernement et le discours de politique générale de la première ministre Elisabeth Borne.

Mais la secrétaire d’Etat chargée de l’enfance a dessiné vendredi plusieurs de ses ambitions pour la protection de l’enfance, dans son discours prononcé lors des quinzièmes assises de la protection de l’enfance à Nantes.

La première : mieux coordonner l’action des différents acteurs du secteur dans les territoires, notamment pour mieux accompagner l’insertion professionnels et sociale des jeunes majeurs, public qui constituait le thème de ces Assises.

Retrouver l’attractivité

Charlotte Caubel a souligné les « difficultés de dialogue » et les « disparités » persistantes d’un territoire à l’autre, qui « accentuent le sentiment de délaissement des jeunes ».

Elle a également pointé une «multiplicité » d’interlocuteurs qui rajoute à la complexité du parcours des jeunes, et qui « n’est pas acceptable ». D’où sa volonté de déployer « les bonnes instances de dialogue ».

Deuxième ambition : « rétablir la confiance » des professionnels face à « une lassitude qui s’est nettement accentuée pendant la crise sanitaire ». Evoquant la nécessité d’une « action en profondeur » et d’un retour de l’attractivité des métiers, il s’agira d’abord « d’enrichir les dispositifs de formation initiale et continue ».

Charlotte Caubel a enfin confirmé « le choix du Président de la République d’ériger l’enfance en priorité » de ce quinquennat. Un rappel nécessaire tant l’enfance est morcelée entre différents ministères, un choix fortement critiqué par plusieurs représentants du secteur.