Relais assistantes maternelles

RAM : des missions et une affiliation obligatoire en question

Pour le HCFEA, le développement quantitatif et qualitatif des RAM constitue le « moyen de rendre plus attractif les modes d’accueil individuels pour les familles, mais également le métier d’assistante maternelle, et de lutter contre la sous-occupation de places d’accueil ».

Le Haut conseil propose de redéfinir leurs missions autour de quatre axes : d’abord, le soutien aux parents dans la recherche d’un mode d’accueil, avec la mise en place dans chaque RAM d’un guichet unique assurant « une mise en lien renforcée de l’offre et de la demande ».

Le deuxième axe vise une meilleure professionnalisation des assistantes maternelles en confiant au RAM l’accompagnement sur les pratiques professionnelles et l’aide effective au départ en formation. Le troisième axe a pour objectif de favoriser l’éveil et la socialisation des enfants avec des temps réguliers d’animation – ce qui se pratique déjà beaucoup. Enfin le HCFEA veut au confier au RAM le rôle d’observateur des conditions locales d’accueil du jeune enfant, avec un recensement de l’offre et de la demande, et la participation aux instances de la politique locale.

Pour y parvenir, l’instance consultative estime qu’une « augmentation de la prise en charge financière des RAM par la branche famille », avec des taux majorés en fonction des services rendus, est nécessaire. Elle souhaite également fixer dans la prochaine Convention d’objectifs et de gestion (COG) entre l’État et la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) 2018-2022 « un objectif de développement ambitieux des RAM » afin que la couverture soit nationale.

Enfin, le HCFEA propose de conditionner l’octroi ou le renouvellement de l’agrément à l’affiliation à un RAM pour parvenir d’ici cinq ans à un taux de 100% d’assistantes maternelles en activité en RAM. Une mesure qui risque de se heurter à la frilosité des associations et syndicats professionnels, sur laquelle l’Ufnafaam a déjà exprimé son désaccord.

HCFEA, L’accueil des enfants de moins de trois ans, Rapport, 13 avril 2018.