parentalité

La stratégie de soutien à la parentalité se dessine

Une journée visant à présenter la future stratégie nationale de soutien à la parentalité 2018-2022 a été organisée par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) au Ministère des Solidarités et de la Santé mercredi 30 mai. Cette stratégie s’articule autour de huit axes « correspondant à des préoccupations majeures exprimées par les parents et complétés par des éclairages transverses sur les questions du handicap, de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la précarité et de l’outre-mer » indique le ministère.

Parmi les neuf objectifs en direction des parents de jeunes enfants de zéro à trois ans : la mise en place d’un parcours d’accompagnement complet, avant la naissance et jusqu’à la scolarisation. Autre ambition : l’accompagnement des familles en période périnatale, le renforcement du soutien à la parentalité dans les modes d’accueil et grâce à la prise en compte de cette thématique dans la formation initiale et continue des professionnels. Ceux-ci devront également être sensibilisés aux risques de surexposition des jeunes enfants aux écrans.

Un volet concerne également l’accompagnement des familles dont l’enfant est porteur d’un handicap, qui doivent pouvoir bénéficier d’un accompagnement renforcé après l’annonce du diagnostic.

En 2016, plus de 8300 actions de soutien à la parentalité ont été financées par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) au titre des Réseaux, d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (Reaap) (1). Les 100 Reaap en France sont animés par des bénévoles et des professionnels qui mettent en oeuvre des actions à destination des parents dans plus de 4600 structures. « Près de la moitié de ces actions prennent la forme d’ateliers parents-enfants. La thématique la plus souvent abordée est celle de la petite enfance » indique la CNAF.

(1) CNAF, Soutenir la parentalité : les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (Reaap), L’essentiel, n°177, mars 2018