autisme

Autisme : mieux former les professionnels de la petite enfance

Sur les 31 propositions du rapport des députés Daniel Fasquelle et Nathalie Sarles, la formation des professionnels de la petite enfance apparaît en deuxième position. En première ligne pour repérer les signaux d’alerte des troubles du développement, « il ressort de l’évaluation de la Cour des comptes, ainsi que des auditions et tables rondes menées par les rapporteurs, que le potentiel des professionnels de la petite enfance en matière de repérage de l’autisme est insuffisamment exploité » écrivent-ils.

Dans le cadre de la Stratégie nationale pour l’autisme, les députés précisent qu’une formation aux troubles du spectre de l’autisme (TSA) sera intégrée dans l’ensemble des formations initiales ou continues des professionnels de la petite enfance concernés, notamment les assistantes maternelles. Une sensibilisation des professionnels est également prévue afin de renforcer leur capacité à conseiller aux parents une orientation vers un médecin.

Toutefois, « un cadrage national des actions de sensibilisation au dépistage apparaît nécessaire » rappellent les députés. Le Groupement national des centres de ressources autisme (GNCRA) est donc invité à construire un schéma d’actions au plan national, qui sera décliné au niveau régional par les Centres de ressources autisme (CRA). Les services de Protection maternelle et infantile (PMI) seront sollicités afin « d’atteindre l’ensemble des acteurs de la petite enfance ».

Le rapport cite notamment l’exemple du service de PMI de la Métropole de Lyon, qui a développé avec le CRA Rhône-Alpes des actions de sensibilisation et de formation à destination des structures d’accueil du jeune enfant, des assistantes maternelles et familiales et des puéricultrices.

► Daniel Fasquelles, Nathalie Sarles, Rapport d’information sur l’évaluation de la prise en charge de l’autisme, Assemblée nationale, 6 juin 2018