Les motifs conduisant une assistante maternelle ou familiale à démissionner sont multiples. La professionnelle peut mettre fin à son contrat de travail à durée indéterminée de manière unilatérale sous réserve de respecter certaines conditions, notamment liées à l’exécution d’un préavis. Le souhait de démissionner doit être effectif et résulter « d’une volonté claire et non équivoque » que les tribunaux pourront être amenés à vérifier s’ils sont saisis par l’intéressée. Si elle a été poussée à arrêter ses fonctions à la suite de manquements de son employeur, la situation pourra être analysée comme un licenciement. Une démission peut ouvrir droit à une indemnisation au titre de l’assurance chômage sous certaines conditions.


Sommaire

Techniques professionnelles
L’enfant « favori »

Techniques en bref
La petite souris est passée !, conseiller pour mieux nourrir...
 
Fiche technique
Le nettoyage des jouets
 
Univers de l'enfant (Jouer, lire, écouter)
 
Dossier
La démission
Toute assistante maternelle ou familiale peut rompre librement son contrat de travail à durée indéterminée sous réserve de respecter certaines conditions de forme et un préavis à l’issue duquel l’employeur établira le solde de tout compte et remettra les documents de fin de contrat. Dans certaines situations, la démission peut ouvrir droit à indemnisation au titre de l’assurance chômage.

 
Statut
Le nouveau paysage de la formation initiale au 1er janvier 2019

Vos droits
Congés payés et maladie, congé parental d’éducation

Les aides à l’installation

Tableau de bord
Tous les chiffres utiles aux assistantes maternelles et familiales

 
Profession
Interview de Mme Maria Melchior, directeure de recherche à l’Inserm

Nouvelles professionnelles
Recul de l’accueil familial, chiffres de l’accueil, versement du CMG, crèches et transparence...

Post-scriptum
(livres, agenda, applis)

La pétition « Protégeons les enfants maltraités » divise les professionnels