PMI

Une impulsion pour la santé des enfants et des jeunes

Réduire les inégalités de santé qui commencent dès le plus jeune âge : c’est l’objectif du parcours de coordination renforcée santé-accueil-éducation entre zéro et six ans, partie intégrante de la stratégie nationale de Santé présentée le 26 mars 2018 par le premier ministre Edouard Philippe. Le 17 septembre, un séminaire dédié à ce parcours a été lancé à Paris avec des professionnels de la petite-enfance, de la santé, des acteurs du soutien à la parentalité et des représentants des familles. Au terme de réunions de groupes de travail et d’auditions, un rapport sera remis fin mars 2019 au gouvernement.

Des préconisations sont déjà à retrouver dans le rapport d’information parlementaire sur la prévention en santé en faveur de la jeunesse, réalisé par les députés Cyrille Isaac-Sibille et Ericka Bareigts et déposé à l’Assemblée nationale le 12 septembre. Le document préconise lui aussi de lutter contre « les inégalités de destin qui s’installent dès l’enfance » en s’appuyant sur la promotion de la santé dès le plus jeune âge, sur une approche « par déterminants plutôt que par pathologies » et sur le décloisonnement des acteurs de la santé publique.

Il recommande d’améliorer la gouvernance de la politique de prévention, de déployer des actions ciblées vers ceux qui en ont le plus besoin et de renforcer l’encadrement des interdits – vente de tabac et d’alcool aux mineurs interdiction de la publicité à destination des enfants pour les produits alimentaires de mauvaise qualité. Il préconise aussi de renforcer le partenariat des différents acteurs sur les territoires et de mieux évaluer cette politique de prévention avec une meilleure remontée des données.

Le rapport pointe également les « difficultés structurelles » de la Protection maternelle et infantile (PMI), « du fait de l’implication variable des assemblées départementales, du manque de moyens et de la pénurie de médecins ». Sur ce point, une mission a été confiée le 26 juillet à la députée de Seine-et-Marne Michèle Peyron, par décret du Premier ministre, afin d’évaluer la politique de protection maternelle et infantile.

Enfin, le Réseau européen de défenseurs des enfants (ENOC) a adopté le 21 septembre, lors de sa 22ème assemblée générale à Paris, une déclaration visant à promouvoir  la santé mentale des enfants en Europe. Le 18 septembre, le réseau ENOC publiait un rapport sur ce thème faisant état de difficultés similaires dans ses 42 pays membres : insuffisante coordination des acteurs, inégalités territoriales et sociales qui s’aggravent, saturation des services, faible accès au droit au consentement et à l’information.

► Rapport d’information, mission relative à la prévention santé en faveur de la jeunesse, Assemblée nationale, 12 septembre 2018
► ENOC, La santé mentale des enfants et des adolescents en Europe, septembre 2018
► ENOC, Déclaration sur la santé mentale des enfants, 22 septembre 2018