week-end

Travail parental le week-end : qui s’occupe des enfants ?

Plus de 5 millions d’enfants mineurs, dont 1,6 million d’enfants de moins de 6 ans, ont au moins un de leurs parents qui travaillent le week-end selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publiée le 1er février 2018.

Quand au moins un parent travaille le samedi et/ou le dimanche, seulement 3 % des enfants sont confiés à un mode de garde formel, principalement à une assistante maternelle (2 %). Les enfants sont majoritairement gardés par l’autre parent ou les grands-parents. Mais quand les deux parents vivent en couple et travaillent tous les deux le week-end, 77 % d’entre eux font appel à un intervenant extérieur pour garder leurs enfants. Parmi eux, 60 % sollicitent les grands-parents ou un membre de la famille. « Les grands parents jouent un rôle clé dans l’articulation des vies familiale et professionnelle des parents qui ont une activité régulière le week-end » indique l’étude.

Les parents qui travaillent le samedi et/ou le dimanche passent plus de temps en semaine avec leurs enfants que les autres parents. « Ce temps supplémentaire se substitue au temps qu’ils passeraient dans un mode d’accueil formel » indique l’étude. Ainsi, le mercredi, les enfants de 3 à 5 ans dont les parents travaillent le week-end passent 11 minutes de moins que les autres dans un mode d’accueil formel.

L’étude montre enfin que les pères dont la conjointe travaille le week-end sont plus impliqués dans la coparentalité : ils passent plus de temps quotidiennement avec leurs enfants, les accompagnent davantage sur leurs lieux d’accueil et les gardent davantage quand ils sont malades. En revanche, en cas d’activité d’un parent le week-end, les mères restent celles qui gèrent majoritairement les imprévus (60 % des cas) ou qui s’occupent des formalités administratives liées à l’accueil de leur enfant (82 %).

DREES, Travail le week-end : comment s’organisent les parents de jeunes enfants ? Études et résultats n°1050, février 2018.