Protection de l'enfance

Protection de l’enfance : des députés souhaitent une commission d’enquête

Et soudain, tout s’accélère, comme si la présentation de la stratégie pour la protection de l’enfance n’avait que trop duré. Le long reportage « choc » diffusé sur France 3 le 19 janvier aura eu l’effet d’un détonateur, dans un secteur qui ne cesse d’alerter sur le manque de moyens pour accompagner les enfants placés dans de bonnes conditions.

Avant l’annonce de la nomination vendredi du député Adrien Taquet au poste de secrétaire d’État en charge de la protection de l’enfance, une dizaine de députés LREM ont annoncé leur intention de créer une commission d’enquête parlementaire sur le sujet. Elle « aura pour objectif de mettre en lumière les bons et mauvais fonctionnements de l’aide sociale à l’enfance » précise la proposition de résolution, qui n’a pas encore été déposée à l’Assemble nationale.

Verra-t-elle le jour alors que le gouvernement s’apprête à dévoiler enfin des mesures devant le Conseil national de la protection de l’enfance ? Celles-ci sont attendues tant par les juges pour enfants, qui avaient lancé un cri d’alarme en novembre au tribunal de Bobigny contre l’engorgement du secteur, que des professionnels, comme ceux du département du Nord luttant pendant plusieurs semaines pour obtenir des moyens supplémentaires.

Les enfants placés eux-mêmes ne cachent pas leur impatience, à l’image de Lyes Louffok, membre du CNPE, qui voit en la nomination d’Adrien Taquet une « victoire » pour les militants de la protection de l’enfance.

Dans ses mesures, quelle place sera accordée aux assistantes familiales ? Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités, avait souhaité mener en juillet dernier une « réflexion nationale » sur le métier.