Vous êtes ici

Une charte pour lutter contre les stéréotypes de genre dans les jouets

égalité genre
Publié le 08/10/2019
Angélique Bont
Journaliste spécialisée en puériculture et éducation
Une « Charte pour une représentation mixte des jouets » a été co-signée, le 24 septembre dernier, par l’ensemble des acteurs du secteur, à l’initiative du Conseil de la mixité et de l’Égalité professionnelle dans l’industrie.

Une « Charte pour une représentation mixte des jouets » a été co-signée, le 24 septembre dernier, par l’ensemble des acteurs du secteur, à l’initiative du Conseil de la mixité et de l’Égalité professionnelle dans l’industrie, mis en place en mars 2019. Un signature qui s’inscrit à la suite d’une table ronde convoquée par l’organisme le 24 juin 2019 et rassemblant l’ensemble des acteurs de la filière jouets (fabricants, distributeurs, annonceurs) et les parties prenantes (parlementaires, autorités publiques, Conseil supérieur de l’audiovisuel, représentants de consommateurs, associations). Objectif : faire un état des lieux de la situation et aboutir, le 24 septembre 2019, soit à trois mois de Noël, à des engagements concrets des acteurs.

Des engagements concrets, issus de tous les signataires

Divisée en huit parties, la charte pour une représentation mixte des jouets énonce pas moins de trente-six mesures de la part des différents signataires, visant à éliminer les stéréotypes discriminants. Il s’agit notamment de développer des jouets neutres ou mixtes et de promouvoir largement les jeux scientifiques, à travers la création d’un label « Sciences, Technologie, Ingénierie, Maths ». De supprimer des catalogues la catégorisation « jouets filles » et « jouets garçons », au profit d’une présentation par types de produits ou de bénéfices apporté par le jeu (créativité, résolution de problèmes, développement physique et/ou intellectuel, sociabilité...). Les univers « filles » et « garçons » développés par certains distributeurs, via des codes couleurs notamment, devraient disparaître à partir de 2020. La chasse aux stéréotypes sexistes sera aussi de mise dans la présentation des jouets. Par exemple, pour un kit de ménage, il faudra préférer la formulation « pour faire comme les grands » à « pour faire comme maman ».

Guide de bonnes pratiques d’ici mars 2020

Un module audiovisuel de formation sera mis à disposition des magasins d’ici juin 2020 afin de sensibiliser vendeurs et vendeuses. Également à l’ordre du jour : la mise en place d’outils permettant de développer une communication et un marketing irréprochables. En matière de publicité, une évaluation de conformité à ces recommandations devra être réalisée tous les deux ans et un prix spécial sera lancé, récompensant annuellement les marques et distributeurs de jouets. Les associations, elles, s’engagent notamment à proposer des campagnes de sensibilisation. Un guide de bonnes pratiques élaboré par leurs soins devra être mis à la disposition des acteurs avant mars 2020. Date à laquelle tous ont prévu de se revoir pour un point d’étape.

Pistes d’actions professionnelles

En attendant, voici quelques conseils pour mettre en œuvre ces principes de non-discrimination dans votre pratique professionnelle.
► N’intervenez pas dans l’organisation des jeux (un coin « pour les filles » et un autre « pour les garçons ») et laissez les enfants libres de leurs jeux.
► Proposez des activités indifférenciées aux deux sexes.
► Utilisez au quotidien un langage et une attitude qui ne stigmatise pas un genre par rapport à l’autre.
► Favorisez interactions et jeux communs entre garçons et filles.
Une démarche, toutefois, qui gagnerait à être accompagnée d’un profond travail de réflexion sur vos propres habitudes, voire d’un accompagnement extérieur.