Vous êtes ici

La gastro-entérite fait son retour 

épidémie gastro-entérite France
Publié le 22/10/2019
Angélique Bont
Journaliste spécialisée en puériculture et éducation
La gastro-entérite, d’origine virale ou bactérienne, revient en force dans trois départements. Une maladie potentiellement grave pour les jeunes enfants. L’occasion de rappeler quelques mesures essentielles de prévention et de soins.

Selon le réseau Sentinelles, la gastro-entérite refait son apparition dans l’Hexagone, avec une moyenne de 127 cas de diarrhée aiguë pour 100 000 habitants recensés la première semaine d’octobre. Trois régions sont particulièrement touchées : Hauts-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Grand-Est.
 

Les moins de 5 ans particulièrement menacés

La gastro-entérite, inflammation de l’intestin et de l’estomac, est la plupart du temps causée par un virus, le rotavirus, mais parfois aussi à une bactérie (salmonelle, escherichia coli…). Dans le premier cas, la maladie survient à la suite d’un contact humain (postillons, salive, mains et selles). Dans le second, après la consommation d’une boisson ou d’un aliment contaminé. Ses symptômes : diarrhée aiguë, vomissements, douleurs abdominales, fièvre, maux de tête, vertiges, courbatures… Si, chez les adultes, la gastro-entérite disparaît en deux à cinq jours et est généralement sans gravité, elle provoque chaque année en France 18 000 hospitalisations pour déshydratation chez les moins de 5 ans (sur plus de500 000 touchés), à commencer par les 6-12 mois.
 

Mesures de prévention

C’est pourquoi il est essentiel de respecter quelques principes de prévention simples. La maladie étant très contagieuse, respectez une hygiène rigoureuse, en vous lavant soigneusement les mains, le plus régulièrement possible, notamment après être allée aux toilettes ou avoir changé un enfant, avant de cuisiner ou de vous occuper des bambins. Si possible, évitez collectivités, lieux clos ou « à risque » (cabinets médicaux, hôpitaux…). Pour prévenir les inflammations dues aux intoxications alimentaires, faites bien cuire la viande et les œufs et rincez minutieusement fruits et légumes. Vérifiez que votre réfrigérateur est propre et que sa température est inférieure à 4 °C.
 

Régime alimentaire adapté

Si un ou plusieurs des enfants que vous gardez est atteint, là encore, certaines mesures simples de prise en charge sont à suivre. Pour le bébé, il est recommandé de compenser les pertes en eau en le faisant boire souvent, en petites quantités (à la cuillère s’il le faut). L’idéal est de le réapprovisionner en sels minéraux via dessolutés de réhydratation orales (Adiaril®, Alhydrate®, Fanolyte®, Hydrigoz®…), selon ses besoins. Sur avis médical, vous serez peut-être amenée à supprimer temporairement le lait et à exclure les fruits (en jus ou crus sauf la banane, la compote de pommes ou de coing) et les légumes verts. Au profit des féculents (riz et pâtes) et des carottes cuites notamment. Si l’enfant ne mange pas ou peu, n’insistez pas, mais ressayez un peu plus tard.
 

Prise de médicaments

Prenez sa température et donnez-lui du paracétamol s’il a plus de 38,5 °C (sous réserve de disposer d'une prescription médicale). Sur prescription égalemnt, l’enfant peut également être amené à consommer des antispasmodiques, contre les douleurs abdominales et des antiémétiques, contre les vomissements. Voire des antibiotiques, si la gastro est due à une bactérie. Dans tous les cas, le petit malade aura besoin de repos. Si l’enfant présente au moins trois selles liquides en quelques heures, si les vomissements s’enchaînent, s’il est apathique ou présente des cernes gris sous les yeux, il est préférable d’appeler les parents et/ou de consulter un médecin.

À noter qu’il existe deux vaccins (non remboursés) contre les formes compliquées de gastro-entérites dues au rotavirus, le Rotarix® et le Rotateq®. Une information à rappeler aux parents le cas échéant.